OTTAWA – La croissance de l’industrie canadienne du pot récréatif, qui sera bientôt légale, commence à créer un petit buzz chez les chercheurs d’emploi.

En effet, le site Web de l’emploi a publié de nouveaux chiffres qui montrent que les recherches liées au cannabis, bien qu’encore petites, étaient plus de quatre fois plus élevées le mois dernier que l’année précédente. Les données indiquent que les recherches liées aux mauvaises herbes sont passées de six à 26 sur 10 000.

Les employeurs, d’après les données trouvées, recherchent également plus d’aide au sein de l’industrie du cannabis en pleine expansion – des « budtenders » de détail, aux assistants de production, en passant par l’assurance qualité. Les nouvelles offres d’emploi dans le secteur ont été multipliées par trois le mois dernier par rapport à l’an dernier, et représentent maintenant 25 des 10 000 nouveaux emplois sur le site Web.

« Les recherches et les offres d’emploi liées au cannabis demeurent un petit coin du marché du travail canadien, mais elles augmentent rapidement « , a écrit l’économiste Brendon Bernard dans son rapport.

Les possibilités économiques et les perspectives de création d’emplois de l’industrie du cannabis ont augmenté jusqu’au 17 octobre, date à laquelle les Canadiens seront légalement autorisés à acheter et à consommer de la marijuana à des fins récréatives.

Le potentiel de croissance est certain d’attirer des travailleurs par lui-même, mais certains pourraient être attirés par la possibilité de gagner leur vie dans une industrie qui émerge après des décennies d’interdiction.

Les recherches d’emploi des chercheurs d’emploi pour du travail lié au cannabis ont grimpé en flèche au début de 2018, ce qui a coïncidé avec les manchettes des médias au sujet de la flambée des prix des actions de plusieurs entreprises canadiennes de marijuana, indique le rapport.

De là, un plus grand nombre d’employeurs sont passés en mode d’embauche dans les mois qui ont suivi. Il y a eu une augmentation de 50 % des offres d’emploi liées au cannabis entre avril et début mai.

Plus de la moitié des annonces de recherche d’emploi liées au pot au pays visaient des emplois en Ontario, où, selon le rapport, se trouvent également les sièges sociaux des principaux intervenants de l’industrie.

« Grâce à des plans d’embauche dynamiques, les entreprises canadiennes de cannabis affichent des postes à pourvoir dans une vaste gamme de types d’emploi « , a écrit Bernard.

« Les principaux rôles en demande sont pour les travailleurs de cultiver le produit et pour les autres de le vendre. »

Les rôles les plus annoncés sur le site Web comprenaient l’assurance de la qualité, les travailleurs de la vente au détail, les assistants de production, les techniciens d’entretien, les assistants de direction et les infirmières, qui sont probablement liés au marché actuel de la marijuana à des fins médicales. Les publicités sur le marché des produits récréatifs s’ajouteront également aux occasions d’affaires dans l’industrie déjà bien établie de la marmite médicinale.

Avec la légalisation de l’usage récréatif de l’adventice, même la terminologie utilisée par les chercheurs d’emploi a connu une évolution, selon le rapport.

« L’été dernier, à peu près autant de chercheurs d’emploi canadiens ont cherché le mot marijuana dans Indeed que dans le cannabis « , dit-il.

« Un an plus tard, le cannabis a laissé de la marijuana dans la poussière, surpassant en nombre les recherches à plus de cinq contre un. »